Aide au développement en Afrique – la nouvelle doctrine française

Répartition de l'Aide Publique au Développement par pays prioritaire

Source Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères

L’Afrique, priorité de l’Aide Publique au Développement (APD) française

La stratégie de la France en Afrique s’inscrit désormais dans l’émergence d’une nouvelle doctrine en la matière, qui s’appuiera sur deux axes : l’aide au développement et la francophonie.

Cette politique se fonde dans le cadre fixé par la communauté internationale, en particulier le Programme de développement durable à l’horizon 2030, adopté en septembre 2015 par l’Assemblée générale des Nations unies, l’Accord de Paris sur le climat et le programme d’action d’Addis-Abeba sur le financement du développement. Elle s’intègre également dans le nouveau consensus européen pour le développement adopté en 2017.

La France concentre son effort de solidarité en subvention dans 19 pays prioritaires, qui appartiennent tous à la catégorie des pays les moins avancés (PMA).

Ces 19 pays prioritaires sont situés sur le continent africain, à l’exception d’Haïti. Ils concentrent les financements les plus concessionnels, bénéficiant de la moitié de l’effort en subvention de l’État, et des deux tiers des subventions mises en œuvre par l’AFD.

L’Afrique est au cœur de la politique de développement française : elle est destinataire d’1/3 de l’APD bilatérale française (2,9 milliards d’euros en 2020), en hausse de +40% par rapport à 2019.

La France s’engage en priorité pour :

  • traiter les situations de fragilité et assurer la paix et la stabilité ;
  • soutenir l’égalité entre les femmes et les hommes, grande cause du quinquennat ;
  • renforcer les efforts pour l’éducation et la formation professionnelle ;
  • agir pour la lutte contre le changement climatique et la biodiversité ;
  • maintenir une action résolue en faveur de la santé.

Les 19 pays prioritaires de la politique de développement de la France ont bénéficié en 2019 d’1,6 milliards d’euros d’APD française : le premier bénéficiaire était le Sénégal (281 millions d’euros), suivi de l’Éthiopie (158 millions d’euros), du Mali (145 millions d’euros) et du Burkina Faso (137 millions d’euros).

Le français, langue la plus parlée en 2050

Le nombre de francophones devrait tripler d’ici trente ans du fait de l’explosion démographique africaine à venir. Cela va procurer au français le statut de première ou seconde langue la plus parlée dans le monde (5e actuellement). Cet actif devrait permettre à l’Hexagone de disposer d’un immense pouvoir d’influence que peu de pays pourront se vanter d’égaler.

L’APD française a atteint 12,8 milliards en 2020 et poursuivra sa hausse en 2021. Les députés ont inscrit dans la loi que la France « s’efforcera » en « 2025 » de consacrer « 0,7 % de son revenu national brut » à l’APD.

Sources Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères, France 24, Le Point.