Corruption en Afrique : Vincent Bolloré plaide coupable mais n’évite pas le procès

Vincent BOLLORÉ en 2013 à une conférence globale de l'UNESCO

Vincent BOLLORÉ en 2013, à la Global Conference qui se déroulait au Siège de l’UNESCO à Paris.

Vincent BOLLORÉ, l’homme le plus puissant d’Afrique francophone a plaidé coupable de corruption devant le tribunal judiciaire de Paris, vendredi 26 février 2021, dans une affaire de « corruption » dans l’enquête sur des concessions portuaires en Afrique de l’Ouest.

Au terme d’une enquête confiée en 2013 à des juges d’instruction et de deux mois de négociations avec le Parquet national financier (PNF), Vincent BOLLORÉ, Gilles ALIX, directeur général du groupe Bolloré, et Jean-Philippe DORENT, directeur international de l’agence de communication Havas (filiale de Bolloré) avaient accepté une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) et le paiement d’une amende de 375 000 euros, a révélé vendredi l’hebdomadaire l’Obs.

La CRPC – sorte de « plaider-coupable » à la française – repose sur un accord entre le Parquet et l’auteur d’une infraction, qui reconnaît sa culpabilité et paie une amende.

Mais un juge doit ensuite donner son feu vert lors d’une audience en présence du ministère public, des mis en cause et de leurs avocats.

Les juges d’instruction ont établi que le magnat des médias et son groupe avaient payé 300 000 euros de dépenses de communication au Président togolais Faure GNASSINGBÉ, afin d’obtenir des contrats et avantages fiscaux. Vincent BOLLORÉ a reconnu avoir utilisé les activités de conseil politique de la filiale Havas pour décrocher les gestions non seulement du port de Lomé capitale du Togo mais aussi celui du port de Conakry en Guinée au bénéfice d’une autre filiale, Bolloré Africa Logistics, anciennement appelée SDV.
SDV avait obtenu la gestion du port de Conakry quelques mois après l’élection à la présidence guinéenne d’Alpha CONDÉ fin 2010 et avait remporté la concession à Lomé peu avant la réélection en 2010 au Togo de Faure GNASSINGBÉ. Ces deux personnalités politiques étaient alors toutes deux conseillées par Havas pour leur campagne électorale.

En 2016, le quotidien français Le Monde relayait les propos du Président guinéen Alpha CONDÉ : « Bolloré remplissait toutes les conditions de l’appel d’offres. C’est un ami, je privilégie les amis. Et alors ? ».

Les protagonistes de l’affaire avaient obtenu en juin 2019 l’annulation par la cour d’appel de Paris de leur mise en examen pour une partie des infractions concernant la Guinée, pour cause de prescription.

Vendredi, le procureur du PNF a souligné que l’amende de 375 000 euros acceptée par les trois hommes d’affaires correspondait à la peine d’amende maximale encourue. « Cette peine prend en compte la gravité des faits à travers le quantum maximal, leur ancienneté » et la clôture des poursuites pour le groupe Bolloré, a-t-il ajouté, écartant la possibilité d’une peine de prison, alors qu’ils risquaient jusqu’à cinq ans.

« Cette CRPC a été acceptée dans le cadre d’un règlement global, M. Bolloré est soucieux de préserver l’avenir du groupe et de ses salariés », avait de son côté assuré Me Olivier BARATELLI, avocat de l’industriel, du groupe et de M. Alix.

Mais à la surprise de la défense comme de l’accusation, la juge du tribunal judiciaire a rejeté l’accord.
« Les peines proposées par le procureur et acceptées par vous sont inadaptées » au regard de la gravité des faits et il est « nécessaire qu’ils soient jugés par une juridiction correctionnelle », a-t-elle dit aux trois hommes.

Sources AFP, Le Point, TV5 Monde, L’OBS.

Chronique d’Alain FOKA : Bolloré, coupable ?

C’est quoi la suite de cette affaire qui sent déjà la naphtaline ? Quel arrangement va t’on trouver pour le sortir de ce mauvais pas ? Quid des chefs d’Etat qu’il a incriminé lors de ces aveux ? Qu’est ce que ça change finalement ?

Une vidéo de la chaîne Alain Foka Officiel

Si vous souhaitez en savoir plus à propos de Vincent BOLLORÉ, nous vous conseillons la lecture du livre des journalistes Nicolas VESCOVACCI et Jean Pierre CANET auteurs de Vincent tout puissant.

À propos de l’auteur : PADES France Administrateur
Administrer le site de l'association du PADES France et s'occuper de sa communication.